1 866 787-1279 (sans frais / free call)

Même en prenant un maximum de précautions, nulle entreprise n’est totalement à l’abri d’une défaillance matérielle, d’une panne informatique, d’un virus ou d’une cyber-attaque. Aussi est-il nécessaire d’avoir un plan soigneusement préparé dans le cas où le pire arriverait. En la matière, le Cloud permet d’assurer la continuité de l’activité tout en simplifiant la gestion de crise informatique.

Appuyez-vous sur le Cloud

Le développement du Cloud Computing a créé une véritable révolution dans le service informatique des entreprises d’aujourd’hui. En rationalisant les infrastructures et les processus et en prenant en charge l’hébergement des applications, le cloud permet aux DSI de conserver le minimum en interne afin de pouvoir se focaliser sur la gestion globale du système informatique et son pilotage : ils savent en tout temps où sont les applicatifs et connaissent parfaitement le rôle de chaque prestataire.

À l’heure actuelle, avec le recours au Cloud, le rôle des DSI constitue à recenser les domaines et les applications les plus critiques et qui ont le plus fort impact sur l’activité de l’entreprise. Une fois les dommages potentiels quantifiés, les DSI choisissent le plan le mieux adapté en cas de crise : par exemple, si l’organisation dispose d’une plateforme de e-commerce, ils optent généralement pour l’externalisation de la plateforme chez un hébergeur, avec une architecture redondante au sein du data center, pour permettre la restauration rapide de l’environnement et des données en cas d’interruption. Ils peuvent même envisager un plan de secours mobilisant deux data center si le coût d’une interruption de services est élevé.

Choisissez un fournisseur incluant un plan de secours informatique

En évitant les solutions standard de TI et préférant les contrats plus complets, vous disposez d’une large palette de services intégrant notamment un plan de secours informatique qui prévoit :

  • Des sauvegardes sur des supports fiables et sécurisés tels qu’un datacenter distant plus des backups externalisés,
  • Une durée maximale d’interruption acceptable (DMIA), c’est-à-dire un délai contractuel de reprise,
  • Une perte de données maximale acceptable (PDMA) en cas de sinistre,
  • Des modalités de gestion de crise avec un plan de reprise d’activité,
  • Des tests probants menés régulièrement, avec un accès au rapport des tests,
  • La possibilité de révoquer le contrat, avec récupération des données exploitables et le versement de pénalités financières par le fournisseur en cas de manquements à ses obligations.

Continuez l’activité grâce au cloud

À condition de prévoir des services de Cloud Computing prenant en compte les besoins de continuité, le cloud permet de minimiser l’interruption de services :

  • En offrant une palette d’outils situés hors de l’entreprise, comme le stockage, la communication ou encore la capacité de calcul, il accélère la reprise des activités
  • Le site de secours se faisant par le réseau internet et étant multicanal, il est accessible à l’ensemble des collaborateurs, qu’ils soient au bureau, en déplacement ou même chez eux depuis un ordinateur, une tablette ou un téléphone portable.
  • Le recours à des centres informatiques distants permettant d’être de nouveau opérationnel plus rapidement en cas de sinistre régional.

En effet, tant qu’il y a de l’énergie et un accès internet, une solution hébergée dans le cloud permet d’assurer la continuité de l’activité.

L’explosion du Cloud Computing a totalement changé la façon d’utiliser les systèmes informatiques dans les entreprises. Lorsqu’il est bien conçu, le recours à l’infonuagique contribue non seulement à rationaliser l’outil informatique et à diminuer les coûts mais il permet aussi de simplifier et de mieux gérer les crises informatiques.